hygiene-et-salubrite-alimentaires.com

Chef à domicile

ce qu'il faut savoir
Chef à domicile cours Mapaq Hygiène et Salubrité Alimentaires Inc.
29 Sep 2020

Chef à domicile, ce qu’il faut savoir

Actuellement, le métier de restaurateur est mis à rude épreuve. Il est de plus en plus compliqué de rentabiliser des locaux et du personnel dans le contexte actuel avec des mesures de fonctionnement très exigeantes pour les restaurateurs. Beaucoup de professionnels explorent d’autres possibilités plutôt que d’avoir pignon sur rue avec toutes les obligations qui y sont liées : loyers, taxes, charges salariales, etc. D’un autre côté, les clients aussi qui, à force de contraintes tels que les masques, la distanciation, le problème de l’alcoolémie au volant etc., se disent qu’ils serait peut-être plus pratique de recevoir de temps en temps le chef à la maison dans le confort de leur foyer.

Offrir des services de « Chef » à domicile est une bonne option de carrière mais il ne suffit pas de prendre ses couteaux et d’aller cuisiner chez le client, il y a des règles et des lois qu’il faut prendre en considération.

LOI SUR LA FORMATION OBLIGATOIRE

En tant que chef à domicile, vous devez obtenir votre attestation de gestionnaire en hygiène et salubrité alimentaires, avec le numéro qui sera essentiel pour votre demande de permis si nécessaire. Vous pourrez suivre cette formation en ligne, à votre rythme, en cliquant sur ce lien : Gestionnaire d’établissement en ligne.

Si vous avez déjà une attestation de manipulateur, il vous suffira de faire la suite : 2ème Gestionnaire en ligne.

CONNAITRE LA LÉGISLATION QUI ENCADRE CETTE ACTIVITÉ

Si vous décidez de faire toutes les préparations chez le client, vous n’avez pas besoin d’un permis de préparation générale des aliments, cette activité sera simplement considérée comme du service. Dans ce cas, seule l’attestation de gestionnaire du MAPAQ sera nécessaire.

Si vous préférez faire une partie des préparations chez vous dans votre cuisine, il faudra prévoir un permis de préparations générales du MAPAQ. L’avantage c’est que vous pourrez aussi vendre des plats cuisinés aux consommateurs (voir condition ci-dessous). Prévoyez des visites d’inspections du MAPAQ dans votre cuisine de temps en temps.

*Si vous n’avez pas une cuisine aux normes du MAPAQ réservée à l’usage exclusif de vos préparations, donc séparée de votre cuisine personnelle, vous ne pourrez pas faire de revente (chez un épicier par exemple). Nous ne pourrez que faire de la vente directe aux consommateurx et vous ne pourrez pas dépasser cent kilos de nourriture par mois.

Voir le guide du MAPAQ sur les types de permis d’exploitation.

1. Faire les mises en place à domicile

Vous devrez être aux normes d’hygiène et de salubrité, comme dans un établissement classique : filet à cheveux, pas de bijoux, tablier, propreté des lieux, températures de stockage etc. . Il ne faudra pas préparer autre chose dans votre cuisine pendant que vous faites vos mises en place pour vos clients. Si vous avez des animaux, ils ne doivent pas circuler dans la cuisine pendant les préparations.

Dans le réfrigérateur, tous les aliments destinés à vos clients devront être emballés, datés et identifiés, et bien séparés des préparations et des aliments destinés à votre consommation personnelle. Un thermomètre devra s’y trouver pour vérifier si la température est aux normes : entre 0 et 4 dC

Pour transporter les préparations chez vos clients, vous devrez respecter les températures minimum de conservation : 4 dC pour les produits froids, -18dC et finalement et 60 dC pour les produits chauds. Favorisez les boites thermos efficaces.

2. Les risques avec les allergènes

Bien entendu, si on vous demande de cuisiner sans gluten ou sans arachides, il suffira de ne pas utiliser ces ingrédients lors de vos fabrications. Mais n’oubliez pas qu’il ne faut jamais rien garantir à un client et toujours lui rappeler que tous vos aliments peuvent avoir été en contact avec des allergènes. Dans vos préparations et dans le stockage des aliments, évitez les contacts des aliments allergènes avec les non-allergènes.

3. Les responsabilités

Pour ne pas vous trouver dans une situation périlleuse en tant que chef à domicile, nous vous recommandons de contacter votre assureur pour qu’il adapte votre police d’assurance responsabilité civile et dommages à vos activités professionnelles. Que vous soyez victime d’un accident ou que vous ayez provoqué un dégât matériel chez le client, votre assurance personnelle ne vous couvrira pas. En cas d’intoxication alimentaire par exemple, vous pourriez faire l’objet d’une poursuite onéreuse.

4. Les règlements municipaux

Aller cuisiner chez un client apporte peu de contraintes même au niveau municipal. C’est différent si vous faites une partie de vos mises en place à votre domicile.

Si vous êtes locataire

Vérifiez si votre bail vous permet de faire des activités professionnelles. Voyez dans quel type de zonage se situe votre lieu d’habitation : résidentiel, commercial ou mixte. Demandez à la mairie s’ils peuvent vous délivrer un permis, ou une autorisation de pratiquer ce type d’activité. Certaines villes sont plus ouvertes que d’autres.

Si vous êtes propriétaire

Les contraintes sont les mêmes, vous n’aurez pas l’étape du bail. Par contre, il faut vérifier auprès du syndic si vous pouvez le faire, si vous êtes dans un jumelé ou un condo.

Cette option de carrière de chef à domicile, bien structurée, peut s’avérer rentable tout en vous permettant, avec peu d’investissement, de devenir votre propre patron. Les technologies modernes de communication et les réseaux sociaux seront des aides appréciables pour vous créer une clientèle, même si la meilleure promotion reste le bouche à oreille.

Propagez l’hygiène et la salubrité alimentaires

Partagez cet article et/ou laissez un commentaire ci-dessous,
retrouvez-nous aussi sur Facebook.

Collaboration Didier Girol et Julie Brandone, formateurs agréés Mapaq
©Hygiène et Salubrité Alimentaires Inc.

Laisser un commentaire

Don`t copy text!